GVHS Logo

Up the Gatineau! Online Articles

L'article suivant a été publié pour la première fois dans Up the Gatineau! Volume 41.

Article available in english

Les rochers de Cantley

par David Sharpe

The Sculpted Rocks of Cantley
Vue aérienne de la mine de Cantley au nord du chemin St. Andrew sur l’autoroute 307. Notez l’emplacement de la colline de gravier (G), de la paroi rocheuse (R), du « killpot » (K), de la ferme de M. McClelland (HM) et de la source, La Source (S). Image tirée de Google maps. SHVG 02725.12/50.

J’ai découvert la mine de Cantley pour la première fois lors d’une promenade estivale en voiture alors que je rendais visite à des amis à Ottawa en 1976. Ayant toujours été intéressé par les paysages, j’ai été attiré par les nouvelles crêtes rocheuses qui ont vu le jour. Les pentes lisses et courbes étaient différentes des rochers éraflés par les glaciers que j’avais traversés à la fin des années 1960, lorsque j’étais étudiant en tant qu’assistant géologue dans le nord de l’Ontario.

The Sculpted Rocks of Cantley
Carte de la région montrant l’emplacement de la mine de Cantley par rapport à la région d’Ottawa et de Gatineau, au nord sur l’autoroute 307 après le centre de Cantley. SHVG 02725.13/50.

Je suis retourné à la mine peu après mon déménagement à Ottawa en 1982 pour commencer ma carrière de chercheur scientifique à la Commission géologique du Canada (CGC), où j’ai étudié la géologie glaciaire du Canada. J’ai depuis lors étudié le site de manière informelle. Au fil des ans, je me suis rendu à la mine de Cantley avec des journalistes travaillant pour les journaux et la télévision, des artistes, des collègues, des géologues de terrain du monde entier et de nombreux étudiants universitaires, tous venus admirer et tester leur courage sur les rochers de Cantley. Ma carrière à la CGC, qui m’a fait découvrir les paysages glaciaires du Canada et d’autres pays, m’a permis d’écrire un article sur la mine de Cantley.

Les rochers de la mine de Cantley ont un attrait esthétique saisissant qui surprend la plupart des visiteurs. Il me serait possible d’expliquer l’intérêt scientifique et la signification de leurs courbes lisses, mais peut-être pas l’essence de leur attrait percutant, quelque chose que seul un artiste peut saisir.

Les rochers de la mine de Cantley ont un attrait esthétique saisissant qui surprend la plupart des visiteurs. Il me serait possible d’expliquer l’intérêt scientifique et la signification de leurs courbes lisses, mais peut-être pas l’essence de leur attrait percutant, quelque chose que seul un artiste peut saisir.

Le début de la « mine » de Cantley

The Sculpted Rocks of Cantley
Collines pastorales de gravier fréquentées par les vaches laitières de M. McClelland avant l’ouverture de la carrière de sable. Cette vue s’étend vers le sud, depuis le sommet de la colline de gravier désormais exploitée vers les champs inférieurs, où Hubert McClelland fait encore paître son bétail. La clôture (à l’avant à droite) se trouve maintenant proche du sommet de la colline de la carrière de sable encore présente. 1954. Source : Trevellyn McClelland. SHVG 02725.003/50.

Avant 1954, il n’y avait pas de mine; son emplacement constituait la moitié nord de la ferme familiale McClelland, encore habitée aujourd’hui par Hubert. Elle servait de pâturage de jour pour les vaches laitières de la famille; Hubert allait chercher le bétail dans les collines de gravier herbeuses et le ramenait à l’étable pour la traite de fin d’après-midi. Jusqu’à ce que le gravier soit enlevé, l’unique trace d’action glaciaire était visible sur un affleurement rocheux boisé au sud de la ferme de McClelland.

Le site, situé sur une haute colline de gravier, se trouve à 0,3 kilomètre au nord du chemin St. Andrew et de l’église unie St. Andrew, délimitée à l’ouest par des zones boisées et à l’est par le chemin Cantley (maintenant connu sous le nom d’autoroute 307). En 1934, le grand-père paternel d’Hubert McClelland, également nommé Hubert, vend quatre acres de la colline de gravier en face de la source (La Source) à une entreprise d’Ottawa appartenant à Harry Hailey. Hailey a acquis la parcelle pour son gravier de haute qualité, afin de fabriquer des blocs de béton de mâchefer.1 En 1954, le père d’Hubert, Trevellyn, a vendu le reste de la colline de gravier à J.P. Chenier Co. Limited, qui a également fait l’acquisition de la mine de Hailey de quatre acres. Comme condition de la vente, le père d’Hubert a réservé la coupe de pin blanc, d’épinette et de sapin baumier sur la colline de gravier et l’a récoltée avant que la terre végétale soit enlevée pour accéder au sable et au gravier en dessous.

Le sommet de la colline de gravier se trouvait à environ 180 mètres au-dessus du niveau de la mer, aussi haut que le terrain de l’autre côté de l’autoroute 307, qui était déjà une exploitation de sable et de gravier. En raison de ces hautes collines, le premier chemin Cantley passait par une brèche plus étroite que l’emprise de l’autoroute actuelle. De 1954 à 1970, tout au long de l’année, quatre à cinq camions par jour transportaient du gravier d’ici à Hull pour la fabrication de ciment et autres activités de construction.

The Sculpted Rocks of Cantley
Les rochers courbes et sculptés de la carrière de Cantley contrastent fortement avec le paysage minier où Hubert McClelland gardait le bétail il y a des années. 2012. Source : David Sharpe. SHVG 02725.001/50.
The Sculpted Rocks of Cantley
Photo de la carrière de sable avant enlèvement, prise de loin à la ferme de M. McClelland. Les arbres au sommet de la colline ont été enlevés et la colline enneigée correspond à l’emplacement de la mine actuelle. Qui aurait su que des roches aussi merveilleuses et courbes étaient situées sous ces collines? 1956. Source : Trevellyn McClelland. SHVG 02725.004/50.

Par la suite, M. Pageau a obtenu de M. Chenier des droits miniers sur la mine de Cantley ainsi que sur deux propriétés de M. McClelland au sud. Il a fait l’expérience d’une carrière de dolomie sur le site au cours de l’été 1980; il est possible de l’observer à l’endroit où une partie plate de la formation a été arrachée. La dolomite est une roche carbonatée cristalline blanche utilisée pour la fabrication de pierres décoratives, d’agrégats de construction, de chaux et de ciment.

Cantley : un site d’étude pour tous les temps

Les rochers moulés que nous admirons aujourd’hui ont eu un début tumultueux, lorsque les continents sont entrés en collision et que des chaînes de montagnes se sont formées. Les minéraux colorés qui se sont cristallisés au cours de cette période suscitent aujourd’hui l’enthousiasme des mineurs et des minéralogistes amateurs. Au cours des âges géologiques, les montagnes se sont lentement érodées, mais nos magnifiques collines de la Gatineau ont survécu.

The Sculpted Rocks of Cantley
Les marques glaciaires (stries) illustrent l’effet de broyage et de polissage de l’érosion du glacier sur le substrat rocheux. Représenté avec le téléphone intelligent pour indiquer l’échelle. 2013. Source : David Sharpe. SHVG 02725.005/50.
The Sculpted Rocks of Cantley
Les rochers sculptés présentent des sillons proéminents qui contrastent avec l’effet de polissage dû à l’érosion du glacier. Qu’est-ce qui a créé ces formes rocheuses si particulières? 2006. Source : David Sharpe. SHVG 02725.006/50.

Lorsque j’ai commencé à travailler à la CGC dans les années 1980, j’ai travaillé avec un collègue qui cartographiait la mer Champlain, un ancien bras de l’océan Atlantique qui captait les sédiments glaciaires, le sable, la boue et les fossiles il y a environ 12 000 ans. Cette mer recouvrait les roches de la région de Cantley et la carrière de sable jusqu’à plus de 200 mètres au-dessus du niveau actuel de la mer. Le poids des glaciers qui recouvraient la région a ensuite comprimé la terre comme une source; la terre s’est depuis soulevée (elle est revenue à son état d’origine) et la mer s’est retirée dans la vallée du fleuve Saint-Laurent jusqu’à sa limite actuelle à l’est de Québec.

Depuis que le géologue européen Louis Agassiz a présenté sa théorie controversée de la glaciation en 1831, les glaciers ont été considérés comme une force qui a remodelé la surface de la Terre, particulièrement dans des endroits comme le Canada. Les vallées majestueuses, les pics déchiquetés et enneigés et les lacs glaciaires profonds des Rocheuses viennent tout de suite à l’esprit par rapport aux collines de la Gatineau. Mais les collines autour de Cantley nous révèlent que les glaciers et les inondations diluviennes ont probablement coexisté ici, de sorte que la glace glaciaire et les grandes quantités d’eau qui se sont écoulées lors de la fonte des glaciers ont façonné les rochers sculptés de Gatineau que nous apprécions aujourd’hui et sur lesquels nous marchons.

The Sculpted Rocks of Cantley
Un étudiant de l’Université d’Ottawa s’interroge sur l’absence de marques semblables à du papier de verre dans les creux lisses et sculptés de la paroi rocheuse de Cantley. 2010. Source : David Sharpe. SHVG 02725.007/50.

Les formations rocheuses autour de Cantley sont liées à des événements de formation de montagnes primaires,2 créées lorsque la plaque tectonique nord-américaine est entrée en collision avec l’Afrique il y a environ 1 milliard d’années. Les sédiments anciens (carbonate) ont été transformés en marbre par une chaleur (700 °C) et une pression intenses (le poids de 15 km de roches sus-jacentes), et ont été remodelés par des intrusions massives de granit. Ces événements ont également mené à la richesse des minéraux exotiques découverts et exploités dans la région de Cantley au fil des ans (et dont Don Hogarth,3 un éminent géologue local, a beaucoup parlé). Ces minéraux forment une belle et évocatrice collection de cristaux de mica, graphite, feldspath et apatite en argent, rose et vert vif. Au cours de la longue période qui s’est écoulée depuis la formation des montagnes, les intempéries ont érodé les massifs par le biais de cours d’eau à débit constant et, plus récemment, par la glaciation.

Les rochers sculptés de Cantley

En 1983, John Shaw, de l’Université Queen’s, m’a présenté l’une des idées les plus révolutionnaires depuis le début de la théorie glaciaire. En décrivant quelques rochers lisses et courbes près de Kingston, il a présenté une idée qui allait changer ma façon de voir et d’interpréter les paysages glaciaires à travers le Canada. Depuis le début de la théorie glaciaire, on pensait que la lenteur du broyage et du transport de la glace glaciaire érodait la majeure partie du substrat rocheux et déposait la plupart des sédiments dans le paysage. Bien que le travail des glaciers ait été considérable, des inondations catastrophiques par les eaux de fonte qui se sont déversées sur ou sous les grandes nappes glaciaires recouvrant le Canada, y compris Cantley, et certaines parties du nord des États-Unis, ont également eu beaucoup d’effet.

The Sculpted Rocks of Cantley
Roches volcaniques lisses sculptées par les crues des eaux de fonte des glaciers islandais. Des inondations semblables ont probablement sculpté les rochers de Cantley. 2013. SHVG 02725.008/50.
The Sculpted Rocks of Cantley
L’auteur, David Sharpe, en visite en Islande en 2005. SHVG 02725.014/50.

Les magnifiques roches sculptées de Cantley ont été modelées en partie par les glaciers, mais surtout par l’eau de fonte glaciaire qui s’est précipitée sous la nappe glaciaire qui fond. Les glaciers, avec des sédiments à la base de la glace, ont agi comme un bloc de ponçage qui a usé les roches à Cantley. Mais de nombreuses autres surfaces rocheuses à Cantley présentent des dépressions lisses qui ne sont apparemment pas le résultat d’un tel polissage. Les creux lisses de ces surfaces n’ont pas de stries glaciaires, ni de marques de polissage. Ils semblent avoir été formés par l’action tourbillonnante et érosive de l’écoulement turbulent des eaux de fonte glaciaire.

L’eau qui aurait sculpté les roches de Cantley a également déposé une crête de sable et de gravier sur leurs surfaces érodées. Appelée esker, cette crête s’est formée pendant qu’une rivière formée par l’eau de fonte coulait sous le glacier. Les rivières modernes sculptent également des surfaces rocheuses sur le lit des rivières; elles peuvent aussi recouvrir leur lit de sable et de gravier, à l’instar de l’esker formé sous la glace à la mine de Cantley. Les glaciers modernes et anciens du monde entier ont laissé derrière eux d’autres surfaces rocheuses lisses et sculptées, que l’on a pu admirer lorsque les glaciers se sont retirés.

Pourquoi une question aussi théorique – l’érosion par la glace des glaciers ou par l’écoulement rapide de ses eaux de fonte emprisonnées sous la glace– nous préoccupe-t-elle autant? Bien que ce sujet revête une importance scientifique, il est aussi important pour des raisons pratiques. Par exemple, ceux qui cherchent des minéraux partout au Canada acquièrent des connaissances précises sur la façon dont les terrains glaciaires ont été érodés et dont les sédiments ont été dispersés et déposés. Les mines de diamants de renommée mondiale au nord-est de Yellowknife ont été découvertes par des prospecteurs qui ont retracé des cheminements directionnels glaciaires et échantillonné des minéraux indicateurs de diamants dans du sable et du gravier d’esker près du lac de Gras, dans les Territoires du Nord-Ouest.

Le « killpot » de Cantley, kettles glaciaires et eskers

Une dépression boisée près d’un petit monticule de gravier au nord du chemin St. Andrew à Cantley, du côté ouest de l’autoroute 307, est connue des citoyens de Cantley de longue date sous le nom de « killpot ». Le « killpot » ne comportait pas de bouche d’évacuation des eaux de surface; il est donc probable qu’un gros bloc de glace, qui s’est détaché d’un glacier se retirant, a fondu et a formé une dépression appelée kettle, près de l’esker excavé de Cantley. C’est devenu une fondrière remplie de mousse, de boue et de mélèze, qui est unique à Cantley.

The Sculpted Rocks of Cantley
Esker (E) près de la mine de diamants d’Ekati (M). Les échantillons d’esker ont mené à la découverte du gisement de diamants de classe mondiale du lac de Gras dans les Territoires du Nord-Ouest. 2012. Source : David Sharpe. SHVG 02725.009/50.

Les lacs de kettle, que la plupart des géologues considèrent comme des vestiges de glace glaciaire fondus, sont fréquents au parc provincial Esker Lakes dans le nord de l’Ontario, près de Kirkland Lake. Ils se forment aujourd’hui en Islande alors que des blocs de glace fondent à la suite des inondations glaciaires de 1996.

Hubert McClelland se souvient s’être aventuré au bord du « killpot » à l’âge de 10 ans, jusqu’à ce qu’il se retrouve coincé dans la boue jusqu’aux cuisses avant d’arriver à rejoindre la terre ferme. Peut-être que d’autres personnes, ou animaux, n’ont pas eu la chance d’échapper à ce piège naturel.

Un parc thématique géologique

De nombreux groupes scientifiques et universitaires (surtout des étudiants) ont visité la mine de Cantley au cours des dernières décennies. S’ils en avaient l’occasion, les touristes visiteraient probablement aussi une telle attraction. En 1991, un groupe de citoyens et de propriétaires fonciers intéressés, dont Hubert McClelland, a proposé la création d’un parc thématique géologique. Un tel parc protégerait et préserverait à long terme la carrière de sable de Cantley, ainsi que la propriété située du côté est de l’autoroute 307. Il mettrait à profit l’intérêt pour la carrière de sable de Cantley et lui donnerait la reconnaissance qu’elle mérite en tant que ressource éducative, créant ainsi un point de convergence pour la sensibilisation régionale et civique, les loisirs et l’éducation des touristes et des résidents locaux.

The Sculpted Rocks of Cantley
Kettles (formés par des blocs de glace fondus) sur un esker (crête de sable et de gravier) formés pendant les inondations glaciaires de novembre 1996 en Islande. 2005. Source : David Sharpe. SHVG 02725.010/50.

Le groupe a soutenu qu’en raison de son patrimoine géologique, le site devrait être admissible en vertu de la Loi sur les biens culturels du Québec comme « district naturel, aire protégée ou bien culturel ». Ils ont demandé au Conseil du patrimoine culturel du Québec qu’il recommande à la municipalité de Cantley de désigner et de protéger le site en apportant des changements de zonage adéquats.

L’idée de préserver la carrière de sable de Cantley a été défendue à l’époque par Bob Phillips, journaliste de Cantley et défenseur acharné de l’histoire locale, entre autres. Il a écrit plusieurs articles à ce sujet pour le quotidien Ottawa Citizen.4 Sous un titre de février 1990, « In Cantley, a special site sorely in need of protection », Bob résume l’affaire : « Si vous évaluez tous les anciens sites géologiques du Canada en fonction de leur valeur scientifique et de leur accessibilité, l’un d’eux se démarque. Celui de Cantley. »

Une semaine plus tard, son titre disait : « Ancient secrets just aren’t safe here in Cantley. » Il a écrit que « la géologie n’est peut-être pas aussi excitante que les New Kids, mais c’est quelque chose d’incroyable; elle présentera toujours un intérêt et elle est relativement peu coûteuse ». Si l’attractivité du site était confirmée (un site touristique), les secrets des rochers seraient en sécurité. Bob a révélé que chaque grande idée mérite une grande devise, et a créé le slogan accrocheur « Les rochers de Cantley en perdition ».

Plus tard dans l’année, Bob a écrit davantage sur ce sujet :

...les pensées se tournent alors vers les rochers. Les fidèles lecteurs le savent : les mines de Cantley sur la route 307 donnent un aperçu éblouissant de la façon dont la planète a été façonnée avant même notre naissance. Des plans sont en cours d’élaboration pour le développement éventuel de ce site pour le plaisir et l’illumination du public; l’ancienne mine1 pourrait devenir un filon mère du tourisme.

The Sculpted Rocks of Cantley
Les participants examinent la sculpture rocheuse de Cantley pendant l’excursion organisée par Cantley 1889. 2013. Source : Neil Faulkner. SHVG 02725.002/50.

Malheureusement, cette initiative n’a jamais pris son envol, malgré un grand intérêt près de 25 ans plus tard. Les propriétaires de la mine depuis le début des années 1990, M. Tremblay et M. Vanesse, ont prélevé peu de sable et de gravier du site. Ils ont toutefois généreusement autorisé l’accès à la mine à de nombreux visiteurs intéressés.

La mine de Cantley aujourd’hui

En octobre 2013, Hubert McClelland et moi-même nous sommes joints à une cinquantaine de passionnés pour une excursion sur le site, organisée par la société historique locale, Cantley 1889. Hubert a fourni l’accès au site à travers son terrain, qui est situé au sud-ouest de la mine à environ 10 km au nord du centre de Cantley. Avant de parler de ses antécédents géologiques, Hubert m’a fait part de l’histoire de ses terres agricoles. Nous avons ensuite traversé son pâturage jusqu’au sommet au-dessus de la carrière. Une mise à jour sur le plan de préservation suspendue a été abordée brièvement, et un conseiller municipal de Cantley a indiqué souhaiter prendre les rênes.

Bien que des efforts considérables aient été déployés pour faire de la mine Cantley un site géologique éducatif préservé pour la région, aucun n’a réussi à ce jour. Une chose est sûre, c’est que les rochers de Cantley ne cessent de nous étonner, que ce soit par la curiosité scientifique qu’elles suscitent ou par la vue de leur beauté naturelle.

1. Les maisons et autres bâtiments d’Ottawa étaient chauffés au charbon, et l’entreprise de Harry Hailey recyclait les clinkers de charbon avec le sable de la mine de Cantley pour fabriquer un bloc de béton de mâchefer gris bleuté, semblable à un bloc de ciment, comme matériau de construction. Avec la popularité du mazout de chauffage après la Seconde Guerre mondiale et le déclin du charbon utilisé, la production de blocs de béton de mâchefer a cessé et la mine de Harry Hailey a cessé d’être utilisée.
2. C’est ce qu’on appelle l’orogenèse du Grenvillien, surnommée la « zone orogène » par Bob Phillips, le regretté écrivain et activiste du patrimoine de Cantley.
3.Donald D. Hogarth, « A guide to the geology of the Gatineau Lievre District, » Canadian Field Naturalist, Vol. 76, No. 1, 1962, pp. 1–55; « Geology of the national capital area, » 24th International Geological Congress, Guidebook Excursion B-23 to B-27.
4. Ces articles sont disponibles par l’intermédiaire du service de presse en ligne de la bibliothèque publique d’Ottawa.
5. Les mineurs de la région cherchaient du mica, de l’apatite (pour l’engrais), du fer, du feldspath (pour la poterie) et du quartz (radios avec récepteur à cristal) dans des centaines de mines, fosses ou tranchées d’une profondeur pouvant atteindre 60 mètres. La plupart des opérations ont cessé après la Seconde Guerre mondiale.

The Sculpted Rocks of Cantley
Impression de l’artiste représentant les rochers sculptés de Cantley, peints par Michael Sproule de Chelsea. Extrait de la collection de John et Margaret Coleman. SHVG 02725.011/50.

Return to list of articles.